Réparation d’un Mesa Boogie Triaxis

Avant-propos :

Mettre ses doigts dans un appareil à lampes, c’est risquer de mourir électrocuté. A vos risques et périls, je ne peux pas être tenu responsable.

Mode Erreur

Un collègue de bureau avec qui je joue de la guitare de temps en temps viens me voir un soir, avec un Mesa Boogie Triaxis malade. Apparemment, ce préampli légendaire fonctionne bien pendant environ un quart d’heure, puis tombe en mode erreur, et ses afficheurs numériques (non pas digitaux !) se parent d’un lugubre « .3″ signifiant d’après la doc « Err ».

Une petite recherche sur le net me montre que le problème est relativement courant, mais je n’ai trouvé personne offrant une réelle solution autre que le retour à l’usine Mesa Boogie, pour la bagatelle de 400 dolz.

Allons, un préamp format rack des années 90, ça ne doit pas être bien compliqué à démonter et réparer !

Le voici rapidement sur la table d’opération, avec les précautions adéquate quand on ouvre le bide d’un machin à lampes (hautes tensions, coiffures afros, mort, tout ça).

Triaxis Guts

Sans surprise, le truc est fait pour être ouvert, donc le diagnostic de base n’est pas difficile. Toutefois, le démontage intégrale semble être plus rude, espérons qu’on n’ait pas à en arriver là.

Les symptômes et les commentaires vus sur Internet faisant référence à une panne de micro-contrôleur, je suis quasi sûr que le problème n’a rien à voir avec la partie analogique, que j’ignore donc, et je me concentre sur la partie numérique.

Visuellement, tout semble ok. On voit une bonne quantité de condensateurs tantales, qui pourraient commencer à faiblir vu l’age, mais rien de flagrant. Reste cette zone protégée par une cage de Faraday, qui doit abriter les micro-contrôleurs.

Got the micro?

Effectivement sous le capot, la puce Triaxis et des controleurs Z80, que j’espère intacts.

Z80 and Cie

Et en regardant bien, on voit qu’un condensateur tantale, C18, fuit comme une Peugeot et IC11 s’est déguisé en Renaud dans Germinal.

IMG_0667 2

IMG_6637

IC 11 est un TL7705ACP, qui se trouve être un contrôleur d’alimentation. Et sa tension de référence est justement découplée par le condensateur qui fuit… Il est fort probable donc qu’il parte en erreur rapidement, ce qui pourrait expliquer l’erreur affichée sur le panneau avant du Triaxis !

Il est donc nécessaire de commander un TL7705 de remplacement et un condensateur au tantale de 100 nF.

Quelques jours plus tard, les composants sont reçus et j’appelle mon collègue. 40 minutes avant mon train, ça passe pour réparer ça !

Je commence par retirer les composants endommagés, en coupant les pattes une par une, il est ensuite facile de les déssouder individuellement. Ensuite, on nettoie les coulures / jus de condensateur et les traces de carbone.

snapsnap

Cette partie du circuit étant sensiblement brulée par endroit, je n’ai pas trop envie de ressouder directement les composants ici, en tout cas certaines pattes. Tout simplement parce que cette zone est difficile à chauffer, et que les pistes peuvent être coupées et la soudure ne pas prendre correctement. Notamment, la patte 6 du TL7705, qu’il va falloir que je reprenne ailleurs.

Je vérifie ensuite au multimètre que les connexions, une fois les composants retirés de la carte, sont sans surprise (GNC et VCC, Vref, etc…). Il faut essayer de comprendre comment tout est connecté, en s’aidant des schémas de référence de la documentation du composant. La partie la plus surprenante est encore une fois cette patte 6, NRESET, qui semble connectée à la masse directement, contrairement aux recommendations de la documentation du composant. Cependant, en vérifiant les pistes de l’autre côté de la carte électronique, mon multimètre a raison. Je vais donc le reconnecter de la même façon et faire confiance aux ingénieurs de Mesa Boogie (même si moi j’aurais bien mis une resistance de 10 kOhms).

Beurk

Esthétiquement, c’est très moche. Probablement une de mes réparations les plus affreuses ! Mais cela me permet d’éviter de démonter totalement la carte et ne devrait avoir aucun impact sur le son.

Quelques vérifications supplémentaires au multimètre, et je décide de brancher la bête.

Pas de fumée bleue qui pue, pas de dégagement de chaleur inattendu… Et surtout pas d’erreur affichée !

Tadaaa

Coût de la réparation : < 2 $.

La bête tourne depuis 2 semaines sans broncher, et mon collègue est content :)

Cette entrée a été publiée dans Bricolage, Non classé, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>