Amélioration de l’électronique d’une Jackson JS32T Randy Rhoads

Aujourd’hui nous allons voir comment améliorer une guitare électrique d’entrée de gamme, ma belle Jackson JS32T Randy Rhoads \m/

Jackson JS32T

Vivant en appartement et gratouillant désormais seulement pour le plaisir, vite fait, j’utilise beaucoup mes guitares électriques sans les brancher. Il faut dire aussi que tout sonne mou maintenant que je n’ai plus ma tête Engl toute lampes et le baffle associé. Bref.

A mon sens (c’est sujet à polémique), lorsqu’on choisi une guitare, d’autant plus quand c’est une guitare d’entrée de gamme où les bois utilisés sont beaucoup plus irréguliers, un des points les plus important est de faire attention à la sonorité du bois. Stevie en parle drôlement mieux que moi ici :

De fait, si la guitare a un son vraiment correct unplugged, cela se ressentira une fois branchée, notamment dans le sustain. Pour avoir eu une guitare haut de gamme dont les bois étaient daubés, je peux vous dire que peu importe l’élec dedans et ce dans quoi vous la branchez, ça ne fera pas des miracles.

Me voila donc avec une jolie guitare dont la lutherie est très satisfaisante pour le prix. Ok, les micros sonnent un peu asthmatiques mais pour mon usage c’est largement suffisant. On craquera pour des Seymour Duncan Nazgul quand on branchera la guitare dans autre chose qu’un iPhone.

Mais l’autre soir lors d’un petit boeuf entre amis, alors que je me branchais pour la première fois depuis longtemps, aucun son ne sors de l’ampli. J’accuse d’abord les câbles, puis l’ampli, puis le multieffet… Mais le coupable est la guitare.

Quand on est ingénieur, on ne se refait pas, et j’ouvre la bête. Jésus Marie Joseph.

Electronique JS32T: avant

The horror.

Aucun blindage que ce soit dans la cage électronique (bon si, le dos de la plaque est recouvert d’une peinture conductrice) ou les câbles puisque les tresses de blindage ne sont pas connectées, un record de boucles de masse (je ne vois pas où en rajouter), et quelques soudures franchement dégueulasses. D’ailleurs, mon problème de son semble provenir d’une soudure froide, aussi connue sous le nom “on dirait que c’est soudé mais en fait non”, sur un des fils reliant le potentiomètre de volume à la prise jack. Je fais aussi référence à ce type de problème sur mon poste sur la fabrication de mes enceintes.

Sur le côté positif, le switch et les potentiomètres ne sont pas super mauvais et les câbles utilisés semblent de bonne facture (le câble allant au jack est même un double brins blindés, même s’il est utilisé n’importe comment). Les micros ne permettant pas d’être splittés en simple bobinage, pas d’intérêt à acheter un autre switch ou un potard push/pull. Rien à racheter donc.

Je répare la maudite soudure selon la célèbre méthode de la rache et le reste de la soirée se passe sans encombre, mais je sais que cela va être difficile de dormir sereinement sans s’en occuper très vite.

Quelques jours plus tard, me voila donc à nouveau avec la guitare sur la table d’opération, AKA le canapé du salon. Mon atelier me manque.

Première étape, blinder la cage. Pour se faire, plusieurs écoles : papier cuisine alu (Top Chef), feuille de cuivre autoadhésive (les Princes du Tuning), peinture conductrice (M6 deco), ou le swag absolu si vous le faites faire à la feuille d’or par l’Atelier Or et Patine.

Maman étant sur un autre continent exit la feuille d’or, et considérant mes talents de peintre, j’ai opté pour la feuille de cuivre auto adhésive.

Application des feuilles de cuivre autoadhésives

Rien de bien difficile, juste attention à ne pas se couper avec le cuivre. Maintenant ma guitare a aussi mon ADN mais je ne pense pas qu’elle vaille aussi cher qu’une JEM Y2K. Dommage.

brootal

Ne pas oublier aussi de laisser un peu de feuille remonter et recouvrir une seule des vis de fixation de la plaque, afin qu’il y ait contact avec le blindage de la plaque lorsqu’elle est réinstallée. Contrairement à ce que j’ai fait, je recommande plutôt d’utiliser la vis du milieu de la plaque, mais ça marche aussi.

Blindage de la cage terminé

Ensuite, restons dans le blindage avec le câble de la prise jack.

La guitare étant dotée de micros passifs, le signal allant à la prise jack est très faible. Il est donc particulièrement sensible aux parasites. Il est ainsi indispensable d’utiliser un câble blindé, c’est à dire avec une tresse autour du “point chaud”.

On peut très bien utiliser un câble monobrin, et utiliser le blindage pour le retour du signal (la masse). C’est le cas de 99% des câbles de guitare vendus. Mais ce type de câble se comporte comme un beau filtre passe-bas.

Cette incroyable article explique tout ça bien mieux que moi, je vous en conseille la lecture.

Il est donc préférable d’utiliser un cable blindé doté de 2 brins identiques pour le signal, avec un blindage indépendant. Chance, c’est ce qu’on a ici. Mais notre tresse de blindage n’est reliée à rien (et la masse est reliée ici par le fil rouge, hérésie). Elle est donc à peu près inutile, et il est nécessaire de la relier à la masse. Attention toutefois, elle devra être reliée d’un seul côté (montage dit “masse flottante”) ! Si la tresse est soudée à la masse des deux côtés, on va se retrouver avec une boucle de masse, pouvant même introduire une belle ronflette si les 2 extrémités du câble ne sont pas au même potentiel.

Ok, dans ce cas, sur une distance de 20 cm, c’est clairement pinailler et je mets au défi quiconque d’entendre la moindre différence avec un cable monobrin blindé (: Mais on a tout ce qu’il faut pour faire ça bien ici alors pourquoi s’en priver ?

Le cable de la prise jack.

Dernière étape : supprimer les boucles de masse.

Une boucle de masse est un circuit où le courant peut emprunter différents chemins pour atteindre la masse. En audio, on essaye normalement d’être assez vigilant et d’éviter ces montages, car ils peuvent générer un buzz dont on se passerait bien. Pour remédier à ça, on utilise soit la technique du plan de masse (une couche de la carte est dédiée à la masse) dans le cas de cartes électroniques, soit de la “masse en étoile” (toutes les masses sont soudées en un même point) pour les assemblages par câbles. On opte évidemment pour la seconde ici, en regroupant toutes les masses sur le corps du potentiomètre de volume, par tradition.

Notre circuit passe donc de ça :

Câblage avant

À ça :

Câblage après

Pour la réalisation, il est nécessaire de démonter les switchs et les potards, car la température de soudure ferait fondre la plaque en plastique. Attention aussi à ne pas adopter une température de soudure trop élevée (j’utilise généralement 370 °C mais cela dépend de la soudure. Pour une soudure sans plomb il faudra monter plus) ou chauffer trop longtemps en ressoudant les micros. Je recommande de les souder en dernier.

On remonte le tout…

Ready !

Et on teste !

Hello darkness my old friend...

Malgré tous mes efforts, aucun son n’arrive à mon casque.

En rouvrant tout et après avoir testé le potentiomètre de volume au multimètre, les valeurs qu’il renvoie sont loin des 500k escomptés lorsqu’il est à fond. Ce qui signifie qu’il va falloir le changer. En attendant, il suffit de court circuiter le potentiomètre !

D3ADB33F

Après un aller-retour au Guitar Center et quelques mois de procrastination.

Potentiomètre changé

Et voila, une guitare fiable et bien assemblée, libérée du buzz !

 

Cette entrée a été publiée dans Bricolage, Guitare, Non classé, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>